D.N.R  (Deep Neural Reparttening)

 

Technique de nettoyage émotiennel

 

La D.N.R regroupe différentes techniques thérapeutiques telles que l’ EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing --Intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires), l’IMO (Intégration par Mouvement oculaire), l’EFT (Emotional Freedom Technique --Technique de liberté émotionnelle), et le TIPI (Technique d'Identification sensorielle des Peurs Inconscientes).

 

Cette technique thérapeutique performante donne accès à la résolution de problématiques enfouies. Agissant en profondeur, elle permet d'éliminer définitivement la source traumatique passée du patient qui provoque le désagrément qu'il vit au présent.

 

En intervenant sur les traumatismes pour les faire « remonter à la surface », le thérapeute peut « nettoyer » des chaînes de traumas successifs, stopper l’accumulation de traumas, dont les racines vont parfois aussi plus loin que l’enfance. Les phobies, le manque de confiance en soi, les peurs conscientes ou inconscientes peuvent alors être résolues.

 

Par sa puissance cet outil est utile dans de vastes domaines d’intervention : Il donne la possibilité de dépasser des expériences douloureuses, de contacter ou de trouver de nouvelles ressources, de changer des croyances limitantes en mettant en place une nouvelle programmation positive afin d'accéder à un équilibre intérieur. Il permet d’agir sur les traumas lourds ou légers, les pensées récurrentes, les angoisses, la dépression, la gestion du stress, la douleur, les peurs, les phobies, les addictions...

Qu'est-ce qu'un traumatisme ?

 

Un événement grave et brutal, confrontant physiquement et/ou psychiquement, une personne à sa propre mort ou à celle d’autrui peut générer un état de stress intense mais adapté.

 

Dans la plupart des cas, cette réaction peut céder en quelques heures et les réactions émotionnelles, neurophysiologiques réactionnelles à la peur intense éprouvée (tachycardie, troubles du rythme respiratoire, tremblements, etc…) s’apaiseront d’autant plus facilement que les conséquences objectives sont moins lourdes (absence de blessures physiques, de deuils, de pertes de biens répondant aux besoins fondamentaux …) 

 

Spontanément, naturellement, l’expérience douloureuse pourra, à la faveur de la mobilisation des ressources personnelles et du soutien relationnel et social, être métabolisée et progressivement trouver sa place dans l’histoire du sujet comme un épisode de sa trajectoire existentielle. 

 

Mais l’atteinte, ou le risque d’atteinte, à l’intégrité physique ou psychique, peut, selon la nature de l’évènement, la personnalité et le contexte de survenue, effracter le psychisme d’une personne (trauma veut dire percée) en provoquant une blessure : c’est le traumatisme psychique. 

Que se passe t-il lors d'un évènement traumatique ?

 

Au moment de la confrontation même avec l’événement : 

 

L’évènement entraîne le sujet dans un vécu « extra-ordinaire », hors de l’expérience courante, face au risque de la mort réel ou imaginaire ou symbolique ; il submerge ses capacités de compréhension, d’action et de contrôle émotionnel et le situe dans un total vécu d’impuissance. 

 

La victime, en état de choc psychologique, se trouve alors bouleversée par une situation mettant fin au mythe de son invulnérabilité, de sa sécurité physique et psychologique de base.

Elle perd sa position active de sujet face à son environnement et au monde.

La personne vit un sentiment intense de perte de contrôle, d’horreur, d’impuissance, et de risque de mort imminente 

Le vécu, les émotions violentes ainsi déclenchées, débordent alors complètement les capacités de gestion et d’intégration naturelles du cerveau et du psychisme, rendant cette expérience complètement indigeste et toxique. Les éléments de l’expérience brutalement stockés, composés de sensations, de pensées, d’émotions, se trouvent désorganisés au décours d’un violent orage neuro hormonal et en rupture d’association avec les autres représentations mentales du sujet, avec ses autres souvenirs. 

Par ce vide de lien avec l’expérience antérieure, la victime se trouvera dans une totale incompréhension de ce qui survient et dans l’impossibilité de donner du sens à l’évènement- hors du commun- qu’elle traverse.

Le principe de la méthode D.N.R

 

Cette technique permet au patient de revisiter un évènement traumatisant.

 

La stimulation sensorielle bilatérale faciliterait le traitement des émotions négatives par le cerveau, qui peuvent ainsi être « digérées » et ne plus envahir le patient

Le déroulement de la thérapie D.N.R

 

Une à deux séances de préparation à la thérapie sont nécessaire. Elles permettent au patient et thérapeute de créer une alliance thérapeutique mais surtout d’identifier  l’évènement à traiter.

 

En effet chaque séance travaille sur un évènement  traumatique spécifique.

Le nombre de séances nécessaire est variable, il dépend de la complexité du traumatisme, de l’histoire du patient et de la présence ou non de comorbidité.

 

Le déroulement d'une séance de D.N.R

Une préparation est indispensable : des entretiens préliminaires permettent au patient d' établir une relation de confiance avec son praticien et identifier, avec son aide, le ou les souvenirs traumatiques à l'origine de ses difficultés.

 

Ces souvenirs à sont ensuite retraités, un à un, lors des séances. Il faut parfois plusieurs séances pour traiter un seul souvenir. Pour les enfants, le traitement DNR peut se faire en présence des parents en fonction de larges de l'enfant.

 

Le processus de traitement activé par la méthode est un processus conscient. Il correspond à ce que fait naturellement notre cerveau quand il ne se bloque pas.

 

 

Au début d'une séance DNR, le praticien demande au patient de se concentrer sur l'événement perturbant, en gardant à l'esprit les souvenirs sensoriels de l'événement (image, son, auteur, sensations physiques), ainsi que les pensées et les ressentis actuels qui y sont associés.

Le praticien commence alors des séries de stimulations bilatérales alternées, c'est-à-dire qu'il stimule le cerveau alternativement du côté gauchepuis droit, soit par des mouvements oculaires, soit par desstimulations tactiles (tapotement sur les épaules ou sur un le genoux), soit par des stimulations sonores (des bips sonores).

 

Entre chaque série, il suffit alors pour le patient de remarquer ce qui lui vient à l'esprit. Il n'y a aucun effort à faire pendant la stimulation pour obtenir tel ou tel type de résultat. L'événement se retraite spontanément et différemment pour chaque personne selon son vécu, sa personnalité, ses ressources, sa culture.

 

Les séries de stimulations bilatérales continuent jusqu'à ce que le souvenir de l'événement ne soit plus source de perturbations mais soit associé à des ressentis calmes ainsi qu'à des pensées positives et constructives.

Le souvenir n'a pas disparu, mais l'émotion qui est associée a fortement diminué ou est devenue neutre.

 

Une séance de DNR dure de 60 à 90 minutes (moins chez l'enfant). Pendant cette période, le patient peut traverser des émotions intenses, et à la fin de la séance, il peut généralement ressentir une nette amélioration. Il se peut également, dans certains cas, que durant quelques jour, le patient ressente des perturbations dans ses pensées. Ceci est tout à fait normale dans le sens où l'information liée à l'événement traumatisant est en train de d'être transformée.

 

Il est essentiel que le patient s'informe sur la qualification du praticien. Celui-ci doit être formé à la pratique de la DNR.

Quels sont les tarifs des séances de D.N.R ?

Coût pour une séance : 48 euros

 

Une séance de D.N.R dure entre 1h00 et 1h30

 

En raison de la liste d'attente pour les consultations, les rendez-vous non annulés 48 heures avant restes dûs

 

 

 

Nos références
Adresse

Résidence LES JARDINS DU MAHURY

Batiment C - Porte n° 17 (1 er étage)

97354 REMIRE-MONTJOLY

Télécharger le plan d'accès

  • Wix Facebook page
  • Twitter Classic
  • Google+ App Icon